François Hollande, ancien président de la République française, a récemment annoncé son retour en politique en se présentant aux élections législatives sous la bannière du Nouveau Front Populaire (NFP). Cette décision a surpris de nombreux observateurs et a créé des tensions au sein de l’alliance de gauche ainsi que de son propre parti, le Parti Socialiste (PS).

Retour Politique de Flamby

Hollande a décidé de se présenter dans la première circonscription de Corrèze, une région qu’il connaît bien pour l’avoir représentée par le passé. Il justifie sa candidature par la nécessité de contrer la montée de l’extrême droite en France, affirmant que « la situation est grave » et que des mesures exceptionnelles sont nécessaires [source] [source]. Il a souligné que ses priorités seraient « la France, le progrès et la Corrèze ».

Réactions et Controverses au retour de Flamby

Le retour de Hollande a suscité des réactions mitigées. Le Premier ministre Gabriel Attal et la coalition d’Emmanuel Macron ont critiqué sa candidature, qualifiant le NFP d’extrémiste en raison de la présence de partis comme La France Insoumise (LFI) [source]. Attal a exhorté les électeurs à soutenir le candidat des Républicains dans cette circonscription.

Il est particulièrement ironique que Macron et Attal cherchent à barrer la route à Hollande, sachant que Macron a trahi et court-circuité son maître à penser et bienfaiteur pour prendre sa place à la tête de la France.

Au sein du Parti Socialiste, la décision de Hollande a également provoqué des tensions. Certains membres apprécient son expérience et sa capacité à mobiliser contre l’extrême droite, tandis que d’autres rappellent son mandat présidentiel controversé et le déclin du PS qui a suivi [source] [source].

Utilisation des Opérations Homo

Les opérations « homo », abréviation de « homicides », sont des assassinats ciblés menés par la DGSE. Sous la présidence de Hollande, il a été révélé que plus de quarante de ces opérations avaient été autorisées entre 2012 et 2016. Ces missions visaient principalement des terroristes et des chefs de guerre perçus comme des menaces directes pour la sécurité nationale française [source].

Vincent Nouzille, auteur et journaliste, décrit Hollande comme ayant un « tempérament guerrier » et prêt à utiliser des moyens extrêmes pour protéger la France. Par exemple, en réponse à la mort de soldats français lors de l’embuscade d’Uzbin en Afghanistan, Hollande a autorisé l’élimination de Hazrat, un chef taliban impliqué dans cette attaque, par un drone [source].

Une autre opération notable inclut l’assassinat d’Ahmed Godane, chef des Shebabs somaliens, après une tentative échouée de libérer un agent de la DGSE retenu en otage. Cette action de représailles, décidée par Hollande, montre sa volonté de répondre fermement aux attaques contre la France [source].

Ces révélations ont suscité de vives réactions et critiques, tant au niveau national qu’international, certains observateurs et politiciens jugeant ces actions contraires aux principes démocratiques et éthiques.

Le retour de François Hollande en politique est marqué par ses décisions passées controversées concernant l’usage d’assassinats ciblés pour protéger la France, une stratégie qui continue de diviser l’opinion publique et politique [source] [source]

Tensions au sein du flan(c) de Gauche

L’alliance de gauche, formée pour contrer la montée de l’extrême droite, traverse des moments difficiles. Des figures clés de LFI ont été exclues des candidatures pour les élections, provoquant des accusations de purges et mettant en lumière les vulnérabilités de l’alliance [source],  flan(c) de gauche, dessert gigogne alliant les incantations LFIques d’une “Palestine de la rivière à la mer” au flan(c) de gauche, Flamby, l’exterminateur.

By admin